Fin d'un de ces classiques du Calcio

Après la mi-temps du match

C’est une Juve tout aussi confiante qui regagne le terrain. Elle se contente de gérer le match et, à la 54ème l’ouverture du score chanceuse des Bianconeri : Nedved tire, le ballon est dévié par Zalayeta et Toldo est surpris… 0-1. La Juve joue bien, trop peut être. Elle prend trop ses aises dans ce match. 13 minutes plus tard, Camoranesi sert magistralement Zalayeta, celui-ci s’en va au but mais est fauché par Toldo : penalty indiscutable. Ibrahimovic, encore auteur d’un match grandiose, s’élance, c’est mal tiré mais Toldo rate sa sortie : 2-0 et une Juve qui voit alors le match déjà gagné. Mancini joue alors le tout pour le tout et fait rentrer Recoba et Vieri pour un 4-2-4 audacieux mais qui sera payant. C’est la que Capello devrait changer quelques joueurs car la Juve, et la défense, est totalement cuite et déboussolée par cette flopée d’attaquants qui fusent vers elle. Mais il ne réagit pas. Même Zambrotta n’a plus de jambes, et Zebina, qui revient juste de blessure, est sur les rotules.

La Juve se repose sur ses lauriers, se laisse aller, croyant une défense et un Buffon invincibles. Mais le mal est là : à la 79ème Vieri part tromper Buffon. C’est 2-1 et le match est relancé. Ce but aurait pu être largement évitable si la défense avait été un peu plus concentrée. Quelques minutes plus tard, Zalayeta peut inscrire le but du KO mais ne le fait pas… La Juve fonce dans le mur, elle essaie d’endormir un match alors qu’elle a devant elle une équipe avec 4 avants, ultra motivée par sa récente réduction du score.

Et le but égalisateur arrive a la 85ème. Martins, incroyablement seul sur son côté droit, centre pour Adriano qui reprend et bat Buffon. Un Zambrotta nulle part pour contrer Martins, Cannavaro, Zebina et Thuram contre Adriano, 3 contre 1, et aucun ne tient le brésilien. Ce but là, avec une défense sérieuse et concentrée, DOIT être évité. Puis des arrêts de jeu stressant, avec l’Inter qui est tout près du 3-2 et Nedved qui temporise trop avec que Zalayeta est absolument tout seul devant…

Une Juventus de Turin fatiguée

On espère tous que ce match aura un effet sur les joueurs : on espère qu’ils apprendront à terminer une rencontre sans se laisser aller, et Fabio Capello doit se rendre compte que ses joueurs ne sont pas des machines et que la fatigue commence à se faire lourde. Serait-ce une nouvelle fois la baisse de régime annuelle de la Juve à l’approche des périodes de Noël ? On n’en sait rien, mais on ne peut se permettre de manque le mois de décembre. Car un calendrier très difficile nous attend : réception de la Lazio, déplacement à Bologne, et surtout la venue du Milan le 18 décembre prochain, match qu’il faut absolument gagner. La Juve montre des faiblesses mais garde son fauteuil de leader que personne ne lui contestera. Les satisfaction de cette rencontre auront été Camoranesi qui est entrain d’impressionner tout le monde et qui devrait retrouver sa place en équipe nationale incessamment sous peu et ibrahimovic qui a vraiment un avenir bianconero teinté d’or…