L'Euro 2016 s'est achevé. Bienvenu dans une nouvelle saison de foot 2016/2017. C'est aussi l'occasion de la sortie annuelle de la série jeu FIFA, jeu vidéo le plus joué dans le monde depuis fifa 14. Nouc, ici on continue les revival : place à l'Euro 2000 de si joyeuse mémoire pour nous fans de l'EDF de foot ! (Wiltord for ever !)

Lors des trois semaines de folie qu'il a passé à côtoyer les supporters des 16 équipes ayant pris part à l'Euro 2000™, le reporter  a pu constater que le tournoi a parfaitement répondu à son surnom : Football sans Frontière avec des stades de foot remplis en Belgique

Le football proposé à été excellent

Mais au fond, ce sont les supporters qui ont fait le succès de cette compétition, les matches constituant pour eux un prétexte pour faire de l'EURO 2000™ en un gigantesque carnaval.

Je n'oublierai jamais les Norvégiens. Dans tous les coins du plat pays et pour tous les matches que vous couvrez, vous trouviez inévitablement des Nordiques affublés de chapeaux de Viking, assoiffés de fête et de bonne ambiance. C'est la première fois que j'assiste à des scènes comme celles qui ont eu lieu à Rotterdam avant le premier match des Norvégiens, contre l'Espagne.

Bien plus que des chants et des danses (déjà très impressionnants), c'était de l'émotion à l'état pur qui se dégageait de ses supporters. On pouvait palper leur amour du pays, qui leur donnait du souffle pour entonner leurs chansons traditionnelles à gorge déployée.

Ils communiquèrent également une bonne dose de bonne humeur à la modeste colonie espagnole qui se mêlait à eux.

Les Ibériques ne manquèrent d'ailleurs pas de leur renvoyer l'ascenseur. D'ordinaire assez réservé, mon collègue français a été tellement ému par ces démonstrations de joie qu'il a affirmé que son cœur aurait été partagé en deux si les Bleus avaient rencontré la Norvège en quarts de finale.

Nous avons tous deux assisté au match apocalyptique entre la Yougoslavie et l'Espagne à Bruges. Alors que la public s'enthousiasmait pour le superbe spectacle qui a conduit à la qualification des deux équipes les plus attractives du groupe, nous avons quitté le stade inconsolables, portant le deuil de la Norvège éliminée. Si elle ne fit pas le spectacle sur le rectangle vert elle draina les meilleurs supporters de l'EURO 2000™.

Suporters Espagnols et Scandinaves

Cela dit, les Espagnols étaient eux aussi admirables par leur joie de vivre, leur passion, leurs prouesses de danseurs et leur extrême gentillesse. J’ai couvert une des séances d’entraînement du onze espagnol et une assemblée impressionnante de supporters bruyants et équipés de tambours est aussitôt apparue. Ils ont été merveilleux à interviewer et ils m’ont ému aux larmes en chantant "Anglais !" sur l’air d’"España" lorsque je leur ai dit au revoir. Mon seul regret est de ne pas avoir vu plus de supporters du Sud de l’Europe, de l’Espagne donc mais aussi de l’Italie.

Les Scandinaves ont probablement été mes préférés. J’ai déjà cité les Norvégiens mais il ne faudrait pas oublier pour autant les Suédois, ces grands fêtards devant l’Eternel, et les Danois que l’on voyait absolument partout, déboulant de nulle part, flanqués des Néerlandais et des Belges.

Je me souviens aussi de la virée en tramway jusqu’au Kuip de Feyenoord pour le match Danemark-Pays-Bas. Au départ, les Danois étaient d’un côté du tramway et les Néerlandais de l’autre. Au bout de quelques secondes à peine, les voilà qui dansent et reprennent tous ensemble les chants des uns et des autres. "Le Danemark est OK, Olé Olé" commencent les Néerlandais et les Danois reprennent immédiatement "Kluivert is OK, Ole Ole".